Overblog Suivre ce blog
Editer la page Administration Créer mon blog
/ / /

Il est 10 heures quand le tribunal se réunit dans la grande salle de la mairie.

Sur le mur, bien visible, la liste des soldats du village morts depuis le début de cette guerre.

Lauroux, assis face à l’entrée, préside la séance, à sa droite Bronnet et à sa gauche Moisy. A droite en entrant dans la salle, assis, Gouesse ainsi que Cador remis de sa blessure ; tous les deux m’ont souhaité bon courage avant d’entrer dans la salle.

Une table et une chaise me sont destinées, à gauche en entrant. Une chaise, placée face à Lauroux est réservée à André. Des hommes de notre compagnie ont pris place, debout, de chaque côté de la pièce.

André entre, accompagné de ses deux gardiens, le silence est total … Moisy prend la parole d’une voix émue :

  • Caporal André, le 18 avril, alors que nous étions en pleine offensive, vous avez refusé d’exécuter un ordre, et ce face à l’ennemi en précisant, je vous cite : " je ne sortirai pas de cette tranchée ".

En l’occurrence, sur proposition du colonel Lauroux, président de ce tribunal, nous demandons la sanction la plus élevée, la peine de mort.

Un silence glacial a suivi l’intervention de Moisy, seul Lauroux semble détendu, un léger sourire au coin des lèvres.

Gouesse et Cador dissimulent leur émoi en se cachant le visage derrière leurs mains.

André s’est tourné vers moi, le regard plein de détresse, semblant ne pas comprendre ce qui lui arrive. Je saisis rapidement que la vie de mon camarade dépend de mon intervention.

Je commence donc ma plaidoirie, qui va durer environ trente minutes, trente minutes pour sauver un homme d’une injustice, trente minutes pour convaincre Lauroux de ne pas prendre la vie d’un innocent, trente minutes pour ne pas allonger la liste de ces pauvres types, bien souvent les plus courageux, condamnés et exécutés pour avoir refusé un ordre suicidaire.

 

J’insiste sur le fait qu’André a bien dit : " je ne sortirai pas de cette tranchée " mais qu’il a aussi ajouté " par contre je la défendrai si vous m’en donnez l’ordre ".

Je parle de ma rencontre avec ce lieutenant, de ce comité secret, de la responsabilité de notre état-major dans l’échec du 16 avril. Pendant ces trente minutes, j’ai tout donné, j’ai le dos trempé, les mains moites et la gorge sèche. Le silence qui suit mon intervention est pesant, André ne bouge plus, il a compris que la situation est grave.

Après quelques minutes de délibération, Lauroux, Bronnet et Moisy reviennent.

Les quelques instants qui précèdent le verdict paraissent une éternité. Je regarde ces trois visages, Lauroux a l’air tendu, Moisy plus serein, est-ce bon signe ou pas ?

Moisy demande de se lever :

  • Caporal André, la cour a délibéré et vous déclare coupable de refus d’obéissance face à l’ennemi, acte passible de la peine de mort, étant donné vos états de service, la cour a décidé de faire preuve de clémence et commue donc votre peine en quinze ans de bagne.

Un souffle de soulagement envahit la pièce, les trois officiers quittent la salle et André me serre dans ses bras, enfin une vie épargnée … Quinze ans de bagne c’est long et quelque part immérité mais c’est mieux que le peloton d’exécution.

André est parti le lendemain à l’aube, en direction du bagne. Quelle image pathétique que ce pauvre garçon, si courageux, emmené comme un vulgaire brigand. Il est pourtant le plus brave d’entre nous, je me souviens de toutes ces fois où il a fait preuve d’un grand courage. Du courage il lui en fallait aussi pour s’opposer à cet ordre suicidaire, quelle injustice !

Partager cette page

Repost 0
Published by

Présentation

  • : Le blog d' ERIC VIOT
  • Le blog d' ERIC VIOT
  • : Ce blog a pour but de présenter mes recherches sur la première guerre mondiale (guerre 14 18), mon roman ainsi que ma position concernant la réhabilitation des fusillés pour l'exemple et mon dernier ouvrage "Fusillés non réhabilités".
  • Contact

MES VIDEOS

Ma position sur la réhabilitation des fusillés de la première guerre (sur le site du centenaire) :

 

http://centenaire.org/fr/interview/les-fusilles-la-position-deric-viot

 

Invité d'une émission de LMTV (Télévision du Mans) :

 

http://www.dailymotion.com/video/x16wsy5_intensement-sarthois-eric-viot-blogger-historien_creation

 

Recherche

LES BLESSURES DE L'AME

New couverture livre 001 

Eté 1914, instituteur dans un petit village de province, il prépare son départ pour la guerre.

Il passera quatre ans dans cet enfer à voir mourir de pauvres types. Quatre longues années pendant lesquelles lentement il va sombrer, cherchant le réconfort dans l’alcool.

Contrairement à Georges, son corps ne porte pas les traces de ses blessures ; lui, c’est son âme qui a été meurtrie.

Ni sa femme Lucie, ni son fils Jean, ni ses chères petites têtes blondes, ne pourront lui faire oublier, Soreau, Milcent, Bersod, Minard, André, François et bien d’autres camarades, morts à cause de cette guerre …

 

 

TEMOIGNAGES DE LECTEURS

 

 


A Lire l'article de Jean-François Amary paru dans l'Union Pacifiste 

 

Biographie auteur :

 

Eric Viot, 50 ans, membre d’une association de recherches et études historiques sur la vie des Bretons pendant la grande guerre, passionné par cette période et en particulier par le quotidien des Poilus pendant ce conflit.

POUR ME CONTACTER

viot-eric@orange.fr

 

Par téléphone : 06 86 46 34 25

Pages

POUR COMMANDER MON ROMAN

  Me contacter par messagerie : viot-eric@orange.fr

 

 

François Hollande et les fusillés pour l'exemple

"Vous avez raison, ce serait un beau geste que les maires de gauche de France inscrivent sur les monuments aux morts de leurs communes les noms de ces malheureux" réponse de François Hollande en 2009

RENCONTRE AVEC ERIC VIOT

   

  Conférences et dédicaces

 

  • 11 novembre 2016 conférence et dédicaces à Senlis (60)
  • 15 novembre 2016 à Bagneux (92) conférence et dédicaces
  • 26 novembre 2016 à Saint Hilaire du Harcouët (50) dédicaces
  • 27 novembre 2016 à Brécey (50) dédicaces
  • 10 décembre 2016 à Saint Jamme sur  Sarthe (72) dédicaces
  • 11 décembre 2016 à Ecommoy salon du livre (72)
  • 17 décembre 2016 à Cérans Foulletourte dédicaces (72)

 

 





 

Texte Libre

<!-- Facebook Badge START --><a href="http://fr-fr.facebook.com/people/Eric-Viot/1609277102" title="Eric Viot" target="_TOP" style="font-family: &quot;lucida grande&quot;,tahoma,verdana,arial,sans-serif; font-size: 11px; font-variant: normal; font-style: normal; font-weight: normal; color: #3B5998; text-decoration: none;">Eric Viot</a><br/><a href="http://fr-fr.facebook.com/people/Eric-Viot/1609277102" title="Eric Viot" target="_TOP"><img src="http://badge.facebook.com/badge/1609277102.1254.1517233793.png" width="120" height="174" style="border: 0px;" /></a><br/><a href="http://fr-fr.facebook.com/facebook-widgets/" title="Créez votre propre badge !" target="_TOP" style="font-family: &quot;lucida grande&quot;,tahoma,verdana,arial,sans-serif; font-size: 11px; font-variant: normal; font-style: normal; font-weight: normal; color: #3B5998; text-decoration: none;">Créez votre badge</a><!-- Facebook Badge END -->