Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
9 juin 2013 7 09 /06 /juin /2013 09:52

Hier, un meetig était organisé par la Libre Pensée à Paris pour La réhabilitation collective des fusillés pour l'exemple de 14 - 18 .

Je m'y suis associé partageant le souhait d'obtenir une réhabilitation de l'ensemble des fusillés.

Vous trouverez ci-dessous le contenu de mon intervention :

 

De cette boucherie que fut la guerre de 14 on commémore les grandes batailles, les grands généraux, les grandes dates mais on parle si peu des fusillés pour l’exemple.

Pourtant ils sont quelques centaines à avoir laissé leur vie sous les balles françaises. C'est peu par rapport à l'ensemble des morts de cette guerre, mais quand il s'agit d'injustice c'est toujours trop.

 

Qui étaient ces hommes, ces hommes qu’on a tirés au sort, pas plus coupables que leurs voisins de tranchée, ces hommes qui, l’espace d’un instant, ont eu un peu moins de courage, usés par les batailles de la veille, ces hommes, qui malgré tout, ont eu le courage de s’opposer à une hiérarchie militaire impitoyable, ces hommes qu’on a condamnés souvent suite à des parodies de procès, ces hommes qu’on a exécutés, à l’aube, sous les yeux de leurs camarades éplorés, ces hommes qu’on a enterrés comme des chiens sans prévenir leurs familles.

 

Ces hommes, c’était avant tout des soldats qui s’étaient battus pour leur pays, pour leur terre, pour leur famille, leurs familles qui ont du supporter le poids de ces condamnations, ne sortant que la nuit pour éviter le regard des autres. Des femmes et des enfants, femmes et filles ou fils de fusillé, qui sont tombés dans l'indigence, sur lesquels on a jeté l'opprobre suite à la condamnation de leur père ou mari, ces hommes qui ont parfois disparu de la généalogie familiale libérant ainsi leur famille de la honte de ce tragique épisode.

 

Le doute subsiste quant à l'état mental de certains fusillés, comme ce petit coiffeur qui aux dires de son père n'aurait jamais du partir à la guerre, ou Louis qui avait eu, comme on disait, le sang tourné par la foudre. Que dire de Maurice qui après les premiers combats à la baïonnette a dit qu'il n'y retournerait pas, ces camarades le surnommaient le "loufoque" car il avait perdu la tête. Tous ont été fusillés sans que leur état puisse y changer quelque chose.

 

Ces mutilations soit disant volontaires, à l'appréciation de médecins dont on peut douter de la compétence à faire la différence entre une balle française ou une balle allemande, ont donné aux conseils de guerre un nombre important de condamnés.

 

Ces hommes usés par les combats, à l'instar d'Emile et ses camarades à qui on avait promis du repos et qu'on a voulu renvoyer de suite en première ligne, se sont révoltés juste pour obtenir un peu de répit. Ils ont été fusillés simplement parce que le commandement voulait des exemples.

 

Que dire des tribunaux qui les ont condamnés. Bien souvent expéditifs, on condamne le soir et on fusille le lendemain matin. Avec une défense assurée par des camarades qui sont tout, sauf des avocats, des hommes qui n'ont pas de temps pour préparer la défense, parfois qui descendent de première ligne ou qui reviennent de corvée juste avant la séance du conseil de guerre. Une défense qu'ils peuvent être amenés à assurer face à leurs officiers ce qui rend la tâche encore plus dure. J'ai connaissance d'un fusillé du 137ème régiment d'infanterie dont tous les membres du conseil de guerre qui l'ont condamné, appartenaient au 137ème régiment d'infanterie.

 

Ces hommes ont surtout été les victimes de l’incompétence et de l’incurie de l’état-major français. Cet état- major débordé dès les premiers jours de la guerre, qui faute de compétence, a du instaurer un climat de terreur.

 

Combien de ces officiers ont été condamnés suite à leurs erreurs, combien ont été condamnés suite aux réhabilitations prononcés après la guerre …le seul risque pour ces officiers était d’être limogé, mis en retraite …

 

 La réhabilitation « au cas par cas » évoquée par le gouvernement semble illusoire, impossible à réaliser et je continue de penser que la grande majorité de ces hommes mérite leur réhabilitation, leur réintégration dans la mémoire collective.

 

Une étude exhaustive de tous les cas de fusillés n'est pas  possible car aux archives de justice militaire de Vincennes il manque 20 à 25 % des dossiers, parce que les dossiers existant ne contiennent pas forcément tous les éléments indispensables pour rejuger ces hommes, parce que les témoins de ces évènements ont disparu.

 

Depuis plusieurs années j'engage des démarches pour voir les noms de ces hommes inscrits sur les monuments aux morts et ce malgré qu'il n'est pas obtenu la mention mort pour la France, à ce jour plusieurs démarches ont abouti. J'ai mené une étude qui m'a permis de retrouver 645 fusillés, je présente les résultats de ces travaux lors de réunions organisées notamment par les membres de La Libre Pensée, je ne cesse d'écrire à des maires, président de conseils généraux, députés, sénateurs pour obtenir un soutien quant à cette réhabilitation, j'ai aussi sollicité les différents présidents de la république  et notamment François Hollande que j'avais déjà contacté alors qu'il était président du conseil général de Corrèze. Je terminerai donc cette intervention par la lecture du dernier courrier que je lui ai fait parvenir.

 

Monsieur le Président,

Une nouvelle fois je m'adresse à vous, je ne me lasserai jamais d'écrire pour défendre la cause des fusillés.

En fin d'année dernière, nous avons obtenu de votre ministre délégué aux anciens combattants Monsieur Kader Arif l'attribution de la mention "Mort pour la France" au sous-lieutenant Chapelant.

C'est un pas important vers la réhabilitation des fusillés, auquel j'ai modestement apporté ma contribution auprès de M. Barcellini. Le 16 avril dernier, M. Kader Arif a prononcé un discours sur le chemin des Dames allant dans le sens d'une réhabilitation au cas par cas.

D'abord une petite remarque concernant ce lieu, la même que celle que j'avais fait à monsieur Lionel Jospin lors d'un échange que nous avions eu :

La majorité des fusillés pour l'exemple l'ont été en 1914 1915 et 1916, il y en a eu effectivement suite aux mutineries de 1917 mais dans une proportion moindre. Il ne faut donc pas réduire les fusillés pour l'exemple aux mutins de 1917.

C'est à mon avis une erreur que de ne pas procéder à une réhabilitation de l'ensemble des fusillés et je ne comprends pas pourquoi vous vous engagez dans une telle démarche de réhabilitation au cas par cas.

La raison la plus importante est l'absence de 20 à 25% des dossiers, comment allez-vous gérer ces cas sans dossiers si cette absence est confirmée?

ñ  Réhabilitation d'office ce qui serait injuste pour ceux à qui vous refuserez la réhabilitation à la vue de leur dossier.

ñ  Pas de réhabilitation car pas de dossier ce qui pourrait être tout aussi injuste.

 

J'ai une liste à ce jour de 645 fusillés sans pour autant être sûr de son exhaustivité, j'ai encore eu récemment un nouveau cas (à confirmer) sans aucune trace dans les dossiers.

Êtes vous en mesure d'établir la liste  exhaustive de tous ces fusillés ?

De plus qu'en sera-t-il des exécutions sommaires qui n'ont laissé aucune trace et dont le nombre a dû être suffisamment important au point de faire voter une loi, celle du 24 octobre 1919 stipulant qu‘ il ne peut être exercé aucune sanction disciplinaire contre les chefs responsables des exécutions sommaires.

Je pense très sincèrement que dans l'état actuel des choses il serait beaucoup plus sage de procéder à une réhabilitation de l'ensemble des fusillés ou victimes d'exécutions sommaires. 

 

A l'issue de ce meeting une motion a été approuvée par l'ensemble des participants et sera donc envoyée au gouvernement.

 

Eric Viot

09 juin 2013

 

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Présentation

  • : Le blog d' ERIC VIOT
  • Le blog d' ERIC VIOT
  • : Ce blog a pour but de présenter mes recherches sur la première guerre mondiale (guerre 14 18), mon roman ainsi que ma position concernant la réhabilitation des fusillés pour l'exemple et mon dernier ouvrage "Fusillés non réhabilités".
  • Contact

MES VIDEOS

Ma position sur la réhabilitation des fusillés de la première guerre (sur le site du centenaire) :

 

http://centenaire.org/fr/interview/les-fusilles-la-position-deric-viot

 

Invité d'une émission de LMTV (Télévision du Mans) :

 

http://www.dailymotion.com/video/x16wsy5_intensement-sarthois-eric-viot-blogger-historien_creation

 

Recherche

LES BLESSURES DE L'AME

New couverture livre 001 

Eté 1914, instituteur dans un petit village de province, il prépare son départ pour la guerre.

Il passera quatre ans dans cet enfer à voir mourir de pauvres types. Quatre longues années pendant lesquelles lentement il va sombrer, cherchant le réconfort dans l’alcool.

Contrairement à Georges, son corps ne porte pas les traces de ses blessures ; lui, c’est son âme qui a été meurtrie.

Ni sa femme Lucie, ni son fils Jean, ni ses chères petites têtes blondes, ne pourront lui faire oublier, Soreau, Milcent, Bersod, Minard, André, François et bien d’autres camarades, morts à cause de cette guerre …

 

 

TEMOIGNAGES DE LECTEURS

 

 


A Lire l'article de Jean-François Amary paru dans l'Union Pacifiste 

 

Biographie auteur :

 

Eric Viot, 50 ans, membre d’une association de recherches et études historiques sur la vie des Bretons pendant la grande guerre, passionné par cette période et en particulier par le quotidien des Poilus pendant ce conflit.

POUR ME CONTACTER

viot-eric@orange.fr

 

Par téléphone : 06 86 46 34 25

Pages

POUR COMMANDER MON ROMAN

  Me contacter par messagerie : viot-eric@orange.fr

 

 

François Hollande et les fusillés pour l'exemple

"Vous avez raison, ce serait un beau geste que les maires de gauche de France inscrivent sur les monuments aux morts de leurs communes les noms de ces malheureux" réponse de François Hollande en 2009

RENCONTRE AVEC ERIC VIOT

   

  Conférences et dédicaces

 

  • 11 novembre 2016 conférence et dédicaces à Senlis (60)
  • 15 novembre 2016 à Bagneux (92) conférence et dédicaces
  • 26 novembre 2016 à Saint Hilaire du Harcouët (50) dédicaces
  • 27 novembre 2016 à Brécey (50) dédicaces
  • 10 décembre 2016 à Saint Jamme sur  Sarthe (72) dédicaces
  • 11 décembre 2016 à Ecommoy salon du livre (72)
  • 17 décembre 2016 à Cérans Foulletourte dédicaces (72)

 

 





 

Texte Libre

<!-- Facebook Badge START --><a href="http://fr-fr.facebook.com/people/Eric-Viot/1609277102" title="Eric Viot" target="_TOP" style="font-family: &quot;lucida grande&quot;,tahoma,verdana,arial,sans-serif; font-size: 11px; font-variant: normal; font-style: normal; font-weight: normal; color: #3B5998; text-decoration: none;">Eric Viot</a><br/><a href="http://fr-fr.facebook.com/people/Eric-Viot/1609277102" title="Eric Viot" target="_TOP"><img src="http://badge.facebook.com/badge/1609277102.1254.1517233793.png" width="120" height="174" style="border: 0px;" /></a><br/><a href="http://fr-fr.facebook.com/facebook-widgets/" title="Créez votre propre badge !" target="_TOP" style="font-family: &quot;lucida grande&quot;,tahoma,verdana,arial,sans-serif; font-size: 11px; font-variant: normal; font-style: normal; font-weight: normal; color: #3B5998; text-decoration: none;">Créez votre badge</a><!-- Facebook Badge END -->